Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

Rencontre-signature avec Michal Hausser-Gans

jeudi 16 janvier à 19 h 00

Navigation Évènement

Treblinka 1942-1943, Une usine à produire des morts juifs dans la forêt polonaise, Michal Hausser-Gans. Editions Calmann Levy, Mai 2019. Par Jean-Pierre Allali.

 […] S’il est vrai que lorsque l’on se réfère à la Shoah où périrent six millions de Juifs, c’est au camp d’extermination d’Auschwitz que l’on pense immédiatement, Treblinka demeure moins connu. C’est là, pourtant, qu’entre 1942 et 1943, en quatre cents jours, un million de personnes ont été assassinées dans le cadre de l’Aktion Reinhard. […]

L’une des raisons de l’oubli de Treblinka, c’est que pendant que se déroulait l’innommable, les Allemands ont tout fait pour que leur forfait soit commis dans la plus grande discrétion, notamment par rapport aux populations autochtones. Et, plus tard, à la fin de l’année 1943, Treblinka aura repris l’aspect d’une banale exploitation agricole.

[…] Des détails terribles nous sont révélés. […]

L’auteur, dans son étude très fouillée, se base notamment sur les déclarations des prévenus faites lors des nombreux procès qui se sont déroulés à la Libération et sur les dires des rares témoins qui ont pu échapper au pire, notamment en s’évadant. On touche vraiment le fond du fond quand on réalise la hargne sans pitié des Allemands et de leurs supplétifs ukrainiens ou lettons. Pour la moindre raison, on abat sans pitié des malheureux. Survivre, dans ces conditions, est un exploit, que les plus malins ou les plus chanceux réussiront. Pour un temps seulement, hélas.

[…] L’exploitation avant l’élimination est érigée en système. On récupère les bijoux et les vêtements, le « traitement du butin » en somme.  Le racket s’ajoute au crime. L’enfer de Dante en surmultiplié. Un cynisme et un sadisme inouïs qui prévoient de préserver provisoirement des Juifs « utiles » : serruriers, ferblantiers, électriciens, maçons, menuisiers, charpentiers, musiciens et Juifs de l’Or ou ramasseurs-trieurs, sélectionnés, eux, parmi les bijoutiers, les graveurs, les horlogers, voire les employés de banque. Sans oublier les coiffeurs, chargés, pour leur part, de traiter les cheveux, surtout des femmes, qui seront transformés en chaussettes et en pantoufles, les « Bleus » trieurs de cadavres et les « Rouges », fossoyeurs. Et les « Kommandos » en tous genres : bûcherons, élagueurs, constructeurs, maintenance, camouflage, kommando de la Rampe, nettoyeurs, brancardiers, dentistes récupérateurs de dents en or. […]

Dans un chapitre préliminaire, Michal Hausser-Gans nous montre comment Treblinka a été précédé par des expériences préparatoires, des laboratoires, en somme : Belzec et Sobibor.

Des précisions intéressantes nous sont données sur l’orchestre juif ou encore sur le Lazarett, « hôpital » antichambre de la mort.

On découvre avec étonnement qu’un semblant de pratiques religieuses a pu parfois être maintenu dans le camp et que certains enterrements ont pu se faire de manière traditionnelle.

Des informations précieuses nous sont données sur l’épidémie de typhus qui s’abattit sur Treblinka et surtout sur la révolte qui éclata le 2 août 1943, au 372ème jour de l’existence du camp et qui permit à des résistants juifs de s’attaquer, armes en main, à leurs tortionnaires. Un combat vain, certes, mais qui sauva l’honneur. […]

[…] Une lecture nécessaire. Pour ne pas oublier et, surtout, pour que plus jamais de telles horreurs ne se répètent.

http://www.crif.org/fr/blog/lectures-de-jean-pierre-allali-treblinka-1942-1943-michal-hausser-gans

Détails

Date :
jeudi 16 janvier
Heure :
19 h 00 - 21 h 00

Organisateur

Librairie Vice Versa

Lieu

Librairie Vice Versa
1 rue Ben Shatah
Jerusalem, 94147 Israël
+ Google Map
Téléphone :
+972 02 6244412