Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

Rencontre-signature avec Michèle Mazel. Les chemins de l’espérance.

lundi 23 septembre à 19 h 00

Navigation Évènement

Michèle MAZEL est une habituée des thrillers et des romans à base d’histoires puisées dans l’actualité et elle l’a montré avec sa précédente trilogie. Mais cette fois, elle change de genre et elle excelle avec un récit palpitant qui mêle l’Histoire et les sentiments. La prose fiévreuse de l’auteure est surprenante, convulsive parfois, mais attirant toujours la curiosité. Il s’agit bien d’une écriture littéraire et romanesque, au sens noble du terme, qui témoigne un sentiment ou une émotion. Elle n’avait pas fini de nous étonner avec le « Médecin des Carpates », inventif et dramatique, publié l’an dernier. Elle fait preuve dans son nouveau roman d’un réel don d’imagination mais en s’inspirant toujours de faits réels pour donner du poids à son récit.

Les Chemins de l’espérance poursuivent l’épopée du docteur Julius Matthias qui avait échappé de peu à la déportation à Nagyvarad en Transylvanie après avoir envoyé ses enfants faire leurs études en France pour les protéger du nazisme. A présent, à 54 ans, il part à leur recherche. Après des années de silence familial, le héros lâche enfin ses mots pour révéler ses secrets sous la plume parfois impudique de Michèle Mazel, histoire d’amour oblige, et elle parvient de temps en temps à laisser briller une larme.

Le livre est distrayant et profond, agrémenté de rares descriptions érotiques, uniquement suggérées avec délicatesse, une autre facette inconnue de l’auteur qui a plusieurs cordes à son arc. À chaque page, Michèle Mazel crée un suspense pour pousser plus avant le lecteur à suivre la trame du récit et à aller jusqu’au bout.

Elle nous conte avec doigté des histoires puisées dans la réalité dramatique du héros dont elle décrit l’attachement à ses racines et à ses souvenirs meurtris par la guerre. Tout au long du récit, le docteur ressasse son parcours avec un sentiment étrange de culpabilité pour avoir été le seul épargné par les nazis, contrairement aux autres membres de sa famille.

Elle nous décrit le Paris de l’après-guerre, avec la chasse aux collaborateurs et leur exécution, avec la réalité des combines, des faux-papiers, du marché noir et des déportations de Français mais avec beaucoup de délicatesse sans chercher à heurter de front la sensibilité des lecteurs.

Michèle Mazel présente son roman sous forme de poupées russes en imbriquant une histoire dans une autre histoire. Elle nous transporte ainsi à Genève, à Paris, en Egypte, et à Tel-Aviv, avec à chaque fois une volonté de tenir son lecteur en haleine. Il s’agit d’un bon moyen pour elle de garder au centre de la trame dramatique, son héros le docteur Matthias, qui espère retrouver ses enfants après l’incroyable parenthèse sanglante de l’occupation.

Ces digressions donnent une sorte de respiration au récit malgré les moments dramatiques. Elle aborde la période d’après-guerre et d’après-collaboration pour donner au héros l’occasion de faire quelques rencontres. Puis un petit détour par l’Egypte où l’auteure a vécu pendant plusieurs années. Un bon moyen de donner au lecteur le goût du voyage. Si l’histoire est certes dramatique à la base, l’écrivaine n’a pas voulu faire un roman noir bien que la Shoah reste toujours présente dans le récit, en toile de fond du décor. Au contraire l’amour, l’envie de vivre et l’optimisme règnent toujours pour en faire un texte agréable à lire tout en décryptant avec réalisme certains aspects de l’histoire juive en Europe.

Au hasard d’un récit ou d’un fait, elle aborde avec discrétion le problème de l’assimilation des Juifs en Europe et même parfois leur conversion, souvent à titre temporaire le temps d’échapper à la barbarie. Elle décrit bien les conséquences de la guerre et les difficultés pour les Juifs étrangers de s’intégrer en France.

Une nouvelle Michèle Mazel est née, une romancière d’une autre veine qu’on a hâte de retrouver dans de nouvelles aventures. Le défi est à présent grand mais elle devra, voire saura, encore nous étonner.

Jacques BENILLOUCHE

https://benillouche.blogspot.com/2019/08/les-chemins-de-lesperance-de-michele.html

Détails

Date :
lundi 23 septembre
Heure :
19 h 00 - 20 h 00

Organisateur

Librairie Vice Versa

Lieu

Librairie Vice Versa
1 rue Ben Shatah
Jerusalem, 94147 Israël
+ Google Map
Téléphone :
+972 02 6244412