Anne Marie Garat – Editions Actes Sud

 

Un soir d’automne, Hélène se rend dans une petite station balnéaire de Gironde au volant de la voiture qu’elle a louée à Paris, décidée cette fois-ci à mettre enfin en vente sa vieille villa isolée sur la dune, achetée dix ans plus tôt à une institutrice depuis lors décédée. En se délestant de ce bien dont elle ne tire que tracas et tourments, Hélène pense évacuer les fantômes qui parasitent son existence de femme active, célibataire, nullipare, et satisfaite de l’être, ainsi qu’elle se le proclame.

Or, dès le premier soir, la maison se révèle squattée par un jeune photographe nippo-canadien dont la compagnie va bousculer ses plans. De même, l’arrivée inopinée de Bambi, sa filleule chérie, en proie à de sérieux soucis personnels, et la rencontre d’inconnus du voisinage dérèglent le programme initial comme si conjonctions cosmiques et fueures atlantiques interféraient autant que les événements prosaïques pour que s’opère la métamorphose dont chaque personnage semble devoir faire l’expérience.
Entre apprivoisement du présent et revisitation du passé, relations neuves et effractions intimes, remuements géologiques, climatiques et historiques, entre plages jalonnées de blockhaus, chemins forestiers parcourus par des nuits sans lune, tempête centennale, crimes anciens surgissant d’un tableau et voix perdues, entre érosion des côtes océanes et de toutes les certitudes, Hélène s’effondre comme pour mieux se relever, s’ouvrir aux initiations qui l’attendent et vivre la mue libératrice et amoureuse à laquelle elle ignorait si ardemment aspirer.